RAPPORT : Pas seulement une école – Les arguments en faveur de la priorité accordée à l'espace éducatif pour le soutien aux réfugiés au Liban

21 fév
0

RAPPORT : Pas seulement une école – Les arguments en faveur de la priorité accordée à l'espace éducatif pour le soutien aux réfugiés au Liban

Synthèse de sept années de notes de terrain en faveur des réfugiés à Beyrouth, Saïda et Arsal


Rédigé et publié par le siège de Bruxelles en collaboration avec la mission de terrain au Liban de Soutien Belge OverSeas, une organisation humanitaire belge à but non lucratif enregistrée (association sans mais lucrative, ASBL) dédiée à l'aide humanitaire aux réfugiés et aux victimes de conflits. Nos opérations se divisent en trois activités : éducation, aide d'urgence et autonomisation.


Rédigé et publié par le siège de Bruxelles en collaboration avec la mission de terrain au Liban de Soutien Belge OverSeas, une organisation humanitaire belge à but non lucratif enregistrée (association sans mais lucrative, ASBL) dédiée à l'aide humanitaire aux réfugiés et aux victimes de conflits. Nos opérations se divisent en trois activités : éducation, aide d'urgence et autonomisation.

Résumé

Depuis même avant le début du conflit syrien, des Syriens déplacés ont fui vers le Liban pour échapper à la guerre. Le conflit dure depuis près de 10 ans, ce qui signifie que les plus jeunes enfants et les nouveau-nés qui ont quitté le pays au début de la guerre ont maintenant au moins 10 ans. Certains de ces enfants, dont la plupart n'ont jamais commencé l'école en Syrie, sont arrivés au Liban avec leurs familles et n'ont jamais fait l'expérience d'une salle de classe - au lieu de cela, leur quotidien consiste à parcourir les rues d'un camp urbain, ou à travers des villages de tentes, sur leur façon de travailler dans la rue, plutôt que d'aller à l'école. Pour cette raison, SB OverSeas a ouvert en 2013 un centre d'éducation et d'autonomisation dans l'un des plus grands camps de réfugiés informels à Beyrouth afin de créer des lieux pour que ces enfants puissent enfin entrer en classe. C'est la vie de ces enfants, de leurs frères et sœurs, de leur famille et de la communauté au sens large qui fait l'objet de ce rapport.

Après avoir travaillé avec des Syriens déplacés pendant plus de sept ans, ce rapport est une collection de notes de terrain de nos trois centres éducatifs qui décrivent non seulement le contexte et pourquoi nous menons nos projets comme nous le faisons, mais aussi pour répondre principalement à la question de savoir comment nous comprenons l'impact de l'éducation sur une communauté en situation de crise et de déplacement prolongé comme c'est le cas des réfugiés au Liban.

Ce rapport examine les profils des personnes déplacées ainsi que le contexte de leur environnement physique, leur placement psychosocial ainsi que les défis situationnels liés à la vie au Liban en tant que réfugié. Cette discussion est enracinée dans les rapports sur le terrain des centres de SB OverSeas à Beyrouth, Arsal et Saida. Dans ce contexte, nous pouvons comprendre les centres d'éducation comme une plate-forme pour une approche de soutien plus holistique pour les personnes et les communautés déplacées.

Introduction

Face à une situation de crise, les réseaux humanitaires répondent avec ce qui a longtemps été considéré comme les besoins fondamentaux de l'humanité : nourriture, eau et abri. Ceux-ci sont vitaux pour la survie physique d'un individu dans n'importe quelle situation et ont été compris comme la priorité de l'aide. L'aide matérielle, cependant, reste purement dans le domaine physique et bien que la sécurité physique soit en jeu pour les personnes fuyant un conflit, leur état d'esprit et leur soutien émotionnel sont tout aussi vitaux pour leur bien-être. C'est avec cette compréhension que SB OverSeas opère depuis sept ans dans des contextes d'urgence en fournissant un espace qui non seulement soutient le bien-être physique, mais traite l'état mental et émotionnel des individus. Compte tenu des circonstances physiquement menaçantes de la guerre et des déplacements prolongés, cette mission en tant que priorité peut être difficile à comprendre. Ce rapport vise à utiliser ce que nous avons appris au cours des sept dernières années pour expliquer l'importance d'une telle approche et souligner davantage les défis auxquels cette communauté est confrontée.

Ce rapport a deux objectifs et met donc en œuvre la méthodologie en deux volets suivante : premièrement, créer un résumé exécutif des notes de terrain de nos opérations au cours des sept dernières années, qui comprend des rapports anecdotiques et des données quantitatives des collectes passées et des enquêtes à petite échelle menées par SB OverSeas ainsi que des enquêtes et des évaluations à plus grande échelle par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés ; deuxièmement, utiliser les informations pour comprendre le rôle que joue un centre d'éducation et d'autonomisation dans une communauté de réfugiés.

L'analyse commence par une discussion sur les profils du camp, la situation posée à nos étudiants et à la communauté et les obstacles à l'éducation en général. Suite à cette contextualisation, nous examinons la modalité de l'école et de quelle manière la nature holistique de nos centres d'éducation et d'autonomisation aborde non seulement le besoin d'éducation, mais adopte également une approche de développement plus large. Les centres deviennent alors des espaces à la fois d'aide d'urgence et de développement à long terme pour les communautés déplacées. À travers l'analyse de ce lien, il devient évident qu'il existe un besoin pour ce type de soutien éducatif large et communautaire, en particulier pour les femmes et les jeunes, dans un contexte de déplacement prolongé et de précarité, car il ne tient pas seulement compte des besoins immédiats mais s'appuie sur la communauté pour son avenir.

Situation de vie

Le gouvernement libanais et le HCR estiment que le pays abrite 1,5 million de Syriens. Une personne sur trois dans le pays est un réfugié, qu'il soit syrien ou palestinien, ce qui fait du Liban le pays avec le taux le plus élevé de réfugiés par habitant. Démographiquement, ce groupe est très jeune : 53% de la population ont moins de 18 ans ; la plupart des ménages se composent de 2 adultes et 1 ou 2 enfants de 1 à 17 ans et un enfant de moins de 6 ans, ce qui fait que le ménage moyen compte 4 ou 5 membres. Après des années de déplacement, les ménages de réfugiés souffrent de ressources économiques de plus en plus limitées avec environ 73% de familles syriennes vivant en dessous du seuil de pauvreté[1]. L'endroit où vivent les Syriens déplacés au Liban varie considérablement d'un endroit à l'autre.

La plupart des ménages de réfugiés ne sont pas situés dans des camps formels et ne disposent pas de ressources suffisantes, comme on pourrait l'imaginer classiquement dans un camp de réfugiés. Nous imaginons souvent un camp comme un grand espace ouvert avec des tentes du HCR alignées, abritant des milliers de personnes de manière organisée ; il y a peut-être une école dans le camp pour les enfants, des activités récréatives pour les adultes, et bien sûr des services de soutien et de besoins de base comme l'assainissement et le soutien psychologique. Bien sûr, il y a des camps au Liban qui suivent cette approche, la colonie d'Arsal étant l'un d'entre eux. Cependant, en raison de la longue histoire du Liban en matière d'accueil de groupes de personnes déplacées, les communautés ont trouvé refuge dans une variété d'endroits et de types d'hébergement différents. Certains ont été officiellement désignés et régis par des autorités et d'autres ne sont pas du tout supervisés par une entité gouvernementale. Afin de comprendre la dynamique de ces camps, nous examinerons les trois endroits où, depuis huit ans, SB OverSeas exploite des centres d'éducation et d'autonomisation.

Chatila : une ville dans la ville

Au sud de Beyrouth, le centre d'éducation et d'autonomisation de Bukra Ahla ("Demain ira mieux") est situé juste à côté du camp de Chatila. Alors qu'il s'agissait bien d'un "camp" mis en place par l'UNWRA en 1949, il a depuis connu un massacre pendant la guerre civile libanaise qui a entraîné l'absence de gouvernance libanaise de la région. De manière informelle, il est gouverné par des milices palestiniennes. Dans sa composition, il s'agit d'un regroupement de structures informelles et délabrées qui ont été encore construites verticalement afin de fournir un abri. Cette expansion ad hoc a augmenté de façon exponentielle depuis que les Syriens déplacés par la crise ont emménagé et ont commencé à louer des maisons aux Palestiniens. Des fils électriques et des conduites d'eau sont tendus entre les bâtiments afin d'acheminer l'électricité et l'eau aux maisons. Comme il n'y a pas de structures de gouvernance formelles à Chatila, la fourniture d'électricité et d'eau se fait de manière informelle et sans paiement, mais elle provient toujours de l'infrastructure de la ville. Une telle configuration entraîne une situation dangereuse et précaire de possibilité accrue d'accidents dus à des fils exposés, ou à des familles ayant des coupures d'accès à l'eau et à l'électricité - au-delà des coupures d'électricité régulières de l'infrastructure libanaise qui se produisent à travers le pays. Le loyer moyen à Chatila est d'environ 400 dollars pour une chambre de 20 à 55 mètres carrés ; un prix cher qui oblige de nombreuses familles à vivre ensemble dans le petit espace. Les familles syriennes sont cependant prêtes à payer ce prix, car c'est l'un des seuls endroits de la ville à éviter les contrôles de sécurité pour les papiers de résidence. Un certain nombre de milices qui opèrent dans le camp, en tant que gouvernance informelle. Il y en a d'autres qui vendent aussi de la drogue et des armes, ce qu'ils peuvent faire en étant dans un espace non régi par les autorités officielles. Rien n'est illégal et le camp devient encore plus dangereux. Par conséquent, l'utilisation du terme « camp » est assez trompeuse ; Chatila peut être mieux comprise comme une ville dans une ville.

Les habitants de Chatila ont créé la ville dans la ville comme moyen de survie. À l'intérieur, il y a des vendeurs de nourriture qui fabriquent de la nourriture syrienne traditionnelle, du café et du thé, des marchés alimentaires, des vendeurs de vêtements, des ustensiles de cuisine, des articles ménagers, des bouchers, un marché aux poissons et même du bétail à vendre. Les rues ne sont pas assez larges pour les voitures, mais les vélos et les motos circulent dans les ruelles étroites de Chatila. En effet, la nuit, ces ruelles ne sont pas éclairées, ce qui les rend encore plus dangereuses à parcourir. Pour ces raisons, les habitants de Chatila sont piégés, dans plusieurs dimensions. Premièrement, beaucoup sont immobiles à Chatila et dans les environs immédiats. Particulièrement pour les résidents nouvellement arrivés qui n'ont pas de papiers d'identité délivrés par les autorités libanaises, mais aussi pour ceux qui ne peuvent pas renouveler leurs papiers donc munis de papiers périmés.[2] La deuxième couche d'immobilité se trouve à l'intérieur même de Chatila. De nombreuses femmes et enfants ne quittent pas leur maison après le coucher du soleil de peur de marcher dans les ruelles dans le noir, car il y a eu des taux élevés de violence contre les femmes et un danger accru la nuit en général.[3] Certaines femmes, en particulier les veuves avec enfants, sont particulièrement vulnérables à la violence et donc, même pendant la journée, certaines femmes ne quittent pas leur domicile et dépendent des membres masculins de la famille ou de leurs enfants pour le soutien. De plus, la surveillance croissante des Syriens aux points de contrôle et le ciblage dans la ville de Beyrouth ont en outre immobilisé les habitants de Chatila.

Arsal : Une ville dans les limbes

Contrairement à l'urbanité de Chatila, Arsal est une ville isolée du nord-est du Liban à côté de la frontière syrienne dans le district de Baalbak. Il a une population de 35 000 personnes et atteint une hauteur de 1400 à 2000 mètres d'altitude. Cette ville abrite plus de 120 000 Syriens déplacés, dont la majorité sont des femmes et des enfants de Qalamoun et Qusayr et d'un certain nombre de villes frontalières syriennes. La plupart des réfugiés à Arsal vivent dans des camps de tentes informels ainsi que dans des appartements ou des magasins loués. Par exemple, les neuf camps de réfugiés dans la zone du centre d'éducation et d'autonomisation "Arsal Project" accueillent plus de 750 familles syriennes, réparties dans de plus petites colonies, comme le "Canaan Camp" qui compte 60 familles, et de plus grandes comme le "Min hona". mar Al Suriyin » (littéralement « les Syriens sont passés d'ici »), accueillant 155 familles.

Alors que la situation de vie des réfugiés dans cette ville correspond plus au sens traditionnel de la façon dont nous comprenons un camp. Lorsque vous entrez dans la ville d'Arsal, il y a trois points de contrôle à franchir, mais aucun dans la ville. Cependant, l'armée entrera dans la ville pour effectuer des contrôles aléatoires sur les maisons, ce qui est risqué pour la plupart des Syriens vivant dans la ville car la plupart n'ont pas de documents de séjour. Cette insécurité s'est accrue depuis la décision du Conseil supérieur de la défense de démanteler les abris construits dans d'autres matériaux que le bois et les bâches plastiques, mettant une pression supplémentaire sur la vie déjà précaire des Syriens. Les défis sécuritaires dans la zone, qualifiée de zone rouge, ont poussé de nombreuses ONG à se concentrer plutôt sur d'autres régions, plus accessibles, faisant d'Arsal un « limbe oublié ».  

La communauté locale d'Arsal est confrontée depuis des années à des difficultés économiques, car la situation financière au Liban frappe assez durement cette région. La relation entre la communauté locale et les Syriens a été variée. En raison de la rareté du travail, il y a parfois des tensions, bien que la plupart des Syriens travaillent de manière informelle dans la construction et l'exploitation minière de montagne. Le mariage précoce entre les filles syriennes et les hommes Arsali est également courant en raison de la rareté des ressources, qui est abordée en détail dans une section ultérieure. De plus, le soutien du HCR aux familles de réfugiés dans la région a diminué depuis les coupes budgétaires en 2018. Ce soutien est nécessaire pour que les Syriens puissent payer le loyer et les charges de l'appartement ou des tentes dans lesquels ils vivent. Revenu moyen d'un famille à Arsal est inférieure à 75 000 (environ 50 USB), mais seulement si l'homme travaille ou reçoit une carte de paiement du HCR, et le loyer est de 50 000 lires libanaises (environ 35 USD), ce qui laisse peu d'argent pour la nourriture ou d'autres dépenses. Les familles syriennes, utilisant certaines des quelques ressources qu'elles ont apportées avec elles lorsqu'elles ont quitté leurs maisons, ont ouvert de petites entreprises ainsi que des cliniques qui ont contribué au développement d'Arsal d'un petit village à la ville telle qu'elle est aujourd'hui.

Refuge informel à Saida

À quelques minutes de la côte libanaise, dans un bâtiment inachevé autrefois destiné à devenir une université, se trouve une communauté qui dessert un petit village de réfugiés syriens. À Saida (également appelée Sidon), la troisième plus grande ville du Liban, une structure qui devait devenir l'université et l'hôpital d'Ouzai, mais qui a été abandonnée en 2012 et laissée à moitié construite en raison de problèmes de financement et d'autorisation. Certains des Syriens qui travaillaient à la construction de l'université se sont retrouvés avec leurs familles dans le besoin d'un endroit où vivre suite à leur déplacement en raison du conflit dans leur ville en Syrie. Alors, vu que le bâtiment était vide mais pouvait accueillir cette communauté dans le besoin, les familles y trouvèrent leur maison. Comme il n'était pas terminé, il existait la structure de base du bâtiment, mais pas de fenêtres, d'électricité ou de plomberie appropriées. Par conséquent, la communauté avec le soutien d'organismes d'aide qui ont fourni un soutien matériel de base afin de mieux faciliter la qualité de vie dans l'espace, comme la création de séparateurs entre les espaces pour accueillir et séparer les espaces pour plus de familles. Alors qu'au début les propriétaires de l'immeuble permettaient aux familles d'habiter l'immeuble car le HCR payait le loyer, en 2015 ils ont voulu relancer la construction de l'université et ont demandé aux résidents, qui y avaient créé un logement pendant 3 ans, quitter. Cet effort a été contrecarré avec le soutien du ministère des Affaires sociales qui est intervenu et a conclu un accord avec le propriétaire de l'immeuble pour permettre aux familles de rester.

Depuis lors, le refuge a accueilli 1 500 hommes, femmes, enfants et jeunes vivant dans un immeuble de 4 étages, avec une chambre pour chaque famille et une salle de bain commune à chaque étage. Au rez-de-chaussée se trouve le centre d'éducation et d'autonomisation SB OverSeas. Comme dans le cas de Chatila, de nombreux habitants ne quittent pas souvent le refuge en raison de violences faites aux femmes, d'actes discriminatoires envers les Syriens, d'un manque de papiers et de la peur d'être arrêtés au poste de contrôle par lequel il faut passer pour quitter la ville. Par la suite, le refuge a également pris les caractéristiques de son propre petit quartier, dans la mesure où les produits et autres denrées alimentaires sont vendus dans de petites boutiques du refuge ouvertes par certains des résidents qui avaient plus de ressources que d'autres. Le petit nombre d'hommes qui peuvent trouver un travail informel à l'extérieur de l'abri font venir de la ville les matériaux nécessaires.

Dans la section suivante, nous discuterons des résidents de Chatila qui font partie de notre communauté au centre de Bukra Ahla et des défis auxquels ils sont confrontés, de la vie de qui au sein du camp nous pouvons avoir un impact dans la colonie d'Arsal et de la manière dont nous nous engageons avec la communauté du refuge Ouzai à Saida.

Nos étudiants : Enfants, jeunes et adultes femmes & hommes

Nos centres d'éducation et d'autonomisation touchent de nombreux « étudiants » dans chaque communauté. Nos étudiants, cependant, ne sont pas seulement les enfants et les jeunes qui sont dans les classes apprenant le programme libanais ; ce sont aussi les femmes et les hommes adultes de nos cours d'anglais, les jeunes et les femmes de nos cours de compétences de vie et font partie de notre programme d'autonomisation. Par conséquent, nous interagissons avec chaque membre de la communauté et dans cette section, nous discuterons des défis auxquels nos étudiants sont confrontés et que nous avons appris de nos interactions quotidiennes.

Alors que la majorité de nos étudiants sont syriens, nous soutenons également les réfugiés palestiniens vivant au Liban, en particulier à Beyrouth car Chatila a été créé comme un camp pour les Palestiniens déplacés.[4]  Plus de la moitié des réfugiés syriens au Liban sont des mineurs de moins de 18 ans ; cela représente près d'un demi-million d'enfants en situation de déplacement prolongé et de précarité.[5] Beaucoup de ces enfants ont vécu toute leur vie dans un état de déplacement, étant nés au Liban. Ces personnes sont principalement des jeunes, souvent âgés de plus de 14 ans, ce qui est la limite pour l'école primaire publique obligatoire. Les jeunes ayant un faible niveau d'anglais ou d'arabe, en fonction de leur âge, ont peu de chances d'être acceptés dans le système éducatif formel. En 2018 SB OverSeas a mené une enquête avec 220 jeunes garçons et filles âgés de 14 à 18 ans (à l'époque) à Arsal et Beyrouth. Dans cette enquête, nous avons constaté que 65% de jeunes garçons réfugiés à Arsal sont oisifs, ce qui signifie qu'ils ne sont pas à l'école, ne travaillent pas et ne sont pas mariés. A Beyrouth 16% de jeunes garçons sont inactifs. Cela indique que l'isolement, la pauvreté et la résidence non valide ont un impact important sur la vie des jeunes en particulier. Les jeunes de plus de 14 ans, et donc en âge d'aller à l'école primaire, n'ont souvent pas accès à l'enseignement formel. De cette même étude, nous avons constaté que 71% des jeunes garçons enquêtés à Beyrouth travaillent, contre 20% à Arsal. Pour les filles en particulier, le taux de mariage précoce augmente à mesure que les opportunités économiques pour leurs familles diminuent ; à Beyrouth, 6 % des filles sont mariées avant l'âge de 18 ans, contre 16% de filles à Arsal. Les raisons économiques sont le principal déclencheur du mariage précoce, mais cela sera discuté plus en détail dans la section suivante.

Les ménages de Syriens vivant au Liban varient en taille, mais selon le HCR sont en moyenne composés de 5 personnes. Dans le gouvernorat de Baalbek où se trouve Arsal, 25% de ménages sont dirigés par des femmes, c'est-à-dire des femmes veuves ou dont le mari ne vit pas au Liban. Ces ménages ont également en moyenne 3 personnes à charge ou plus. Ces femmes ont du mal à faire face au coût élevé de la vie, car elles manquent de revenus suffisants pour assurer la nourriture et un logement pour elles et leurs familles. Les femmes et les filles courent un risque accru d'être confrontées à une myriade d'actions discriminatoires et d'être particulièrement exposées à la violence sexuelle et sexiste. D'autres facteurs qui ont un impact sur la vie comprennent les personnes atteintes de maladies chroniques, d'incapacités physiques et mentales, de maladies temporaires et d'autres problèmes médicaux graves.[6] Ceux qui ont vécu des conflits et des déplacements ont subi des violences, des pertes ou ont été témoins d'autres événements traumatisants qui ont un impact sur leur psychologie. De plus, vivre de manière précaire dans l'une ou l'autre des trois situations de vie susmentionnées a également de nombreux effets négatifs sur le bien-être et la santé mentale, non seulement pour les enfants mais est particulièrement préoccupant pour les individus encore en développement. Le statut juridique est également un facteur de stress pour bon nombre de nos étudiants dans la mesure où il est devenu plus difficile d'avoir un document de résidence valide. Le HCR rapporte qu'à peine 22% de Syriens au Liban âgés de plus de 15 ans ont un titre de séjour valide et ce pourcentage est encore plus faible pour les jeunes et les femmes.[7] Plus généralement, les enfants sont confrontés à une multiplicité de défis liés à la dépravation économique et à leur déplacement précaire. Il s'agit principalement des mariages précoces et du travail des enfants. 

Travail des enfants

Alors que la pauvreté parmi les familles syriennes au Liban augmente, beaucoup sont obligées de retirer leurs enfants de l'école pour travailler afin de subvenir aux besoins fondamentaux des familles. Selon le HCR, 2,6% sur près d'un demi-million d'enfants syriens (âgés de 5 à 17 ans) au Liban travaillent.[8]  Souvent, ces enfants travaillent de longues journées pendant les heures d'école pour un petit salaire.[9] Avec un tiers travaillant actuellement, les adolescents sont les plus vulnérables au travail des enfants. Un tiers de ces adolescents qui travaillent sont entrés sur le marché du travail avant l'âge de 12 ans, dans des domaines tels que l'agriculture, la construction et le travail dans de petits commerces. La plupart ne vont pas à l'école tout en travaillant.[10] 

À Chatila, les enfants trouvent du travail dans des magasins comme des bouchers, des épiceries et de petits stands de nourriture en faisant du travail non qualifié bon marché comme remplir des étagères, nettoyer ou vider des boîtes. Le faible revenu qu'ils perçoivent pour ce travail (s'élevant dans certains cas seulement à environ $40 par semaine)[11] contribue à la capacité de la famille à survivre dans la chère ville de Beyrouth. Bien que les garçons plus âgés et les hommes adultes trouvent un travail informel, le salaire de ces emplois n'est souvent pas suffisant pour subvenir aux besoins de l'ensemble du ménage. De plus, les ménages dirigés par des femmes dépendent souvent du travail de leurs enfants ou de la mendicité dans la rue pour une grande partie de leurs ressources, car il est beaucoup plus difficile pour les femmes de trouver une source de revenus.

Mariage précoce

Le « mariage précoce » fait référence aux personnes qui concluent un contrat de mariage formel ou une union informelle sans avoir atteint l'âge légal du mariage. De plus, si l'on considère qu'un enfant (une personne sous la garde d'un tuteur parental) ne peut pas exprimer librement et consciemment son consentement au mariage, le mariage précoce peut être considéré comme équivalent au mariage forcé dans tous les cas.[12] Bien que ce problème affecte également les populations palestinienne et libanaise du pays, le mariage précoce est plus répandu parmi la population syrienne au Liban[13] où environ 27 % de filles syriennes âgées de 15 à 19 ans sont mariées.[14] En effet, comme l'ont montré des études, il existe une forte corrélation entre la crise syrienne et les déplacements de population qui en résultent et le taux croissant de mariages précoces, en raison des mauvaises conditions dans lesquelles vivent les réfugiés syriens.[15] Le Liban n'a pas appliqué de code civil qui réglemente les questions de statut personnel, y compris le mariage précoce. Au contraire, différents tribunaux religieux reconnaissent plusieurs lois distinctes sur le statut personnel, certaines fixant l'âge minimum du mariage à neuf ans au maximum. D'autres fixent l'âge minimum entre 14 et 18 ans.[16] De plus, les mariages entre filles syriennes et hommes libanais ou réfugiés ne sont pas systématiquement enregistrés, avec 27% de mariages sans papiers et 21% qui ont des papiers mais pas de source officielle.[17] Pour certaines familles, le mariage précoce sert de protection contre le harcèlement sexuel ou la violence des hommes dans les camps ou les quartiers urbains. Pour d'autres, cela reflète une lutte économique car le mariage précoce signifie nourrir une personne de moins dans un ménage.[18]

Obstacles à l'école

L'exclusion sociale, l'insécurité et la pauvreté de l'ensemble de la communauté des personnes et des familles déplacées empêchent une génération de Syriens de recevoir l'éducation nécessaire, ce qui place les jeunes en particulier dans une situation désavantageuse et risque d'être poussés au travail des enfants et au mariage précoce.[19]  Ce sont deux facteurs couramment nommés qui contribuent à la déscolarisation des enfants, en plus du coût de l'éducation et de la nécessité de rester à la maison.[20] Bien qu'il s'agisse des obstacles les plus évidents à l'éducation, cette section abordera d'autres facteurs externes et internes qui influencent l'accès d'un jeune à l'école.

Accéder à l'éducation au Liban

Le ministère de l'Éducation et le système étatique au Liban n'ont pas été en mesure de fournir directement une éducation à tous les enfants syriens en âge scolaire (5 à 18 ans). Le nombre de Syriens estimé au sein de cette tranche d'âge est de plus de 661 000 personnes dont 48% sont encore complètement déscolarisés. Cet écart persiste malgré les efforts déployés par le HCR et les autorités libanaises qui gèrent des programmes tels que le Programme d'apprentissage accéléré (ALP ; 7-9 ans), Alphabétisation et calcul de base (BLN ; 10-14 ans, avec plus de deux années d'école manquées ) et Basic Literacy and Numeracy Youth (BLN/Youth; plus de 14 ans, avec plus de deux ans d'école manquée), ainsi qu'une éducation informelle facilitée par des ONG. L'ALP sert de voie d'accès à l'éducation publique pour de nombreux enfants syriens, mais constitue une étape dans ce processus car il existe différents niveaux dans le programme qui doivent être réussis avant d'atteindre l'école publique.  

Figure 1 : Sur le nombre total d'enfants âgés de 3 à 17 ans non scolarisés, les raisons invoquées pour ne pas être scolarisés détiennent des pourcentages de 1,0% ou plus (UNHCR – Vulnerability Assessment).

Selon l'évaluation de la vulnérabilité 2019 du HCR, la raison la plus fréquente de non-scolarisation était que l'enfant n'avait pas l'âge scolaire, principalement pour les enfants de 3 à 5 ans. Par conséquent, il est évident que pour les parents, l'éducation de la petite enfance n'est pas considérée comme un besoin ou une priorité. Les principaux défis comprennent le coût du transport et les frais d'éducation, c'est-à-dire le coût de se rendre à l'école et d'avoir le matériel nécessaire pour les élèves. Souvent le

le « deuxième quart » pour les étudiants syriens est tard le soir et présente donc un autre risque pour les enfants et les familles. Un autre élément était que les enfants n'étaient pas autorisés à s'inscrire à l'école, pour des raisons qui n'ont pas été développées dans l'étude. Cependant, à partir de notre expérience sur le terrain, nous avons fait plusieurs observations. L'une des raisons pour lesquelles les écoles n'acceptent pas l'inscription des élèves est le manque de documentation adéquate pour l'inscription. Ces documents ne sont pas nécessairement des papiers de résidence délivrés par les autorités libanaises, mais plutôt l'enregistrement de leur naissance en Syrie ou au Liban comme forme d'identification. Comme indiqué dans la section précédente, l'enregistrement des naissances d'enfants pose toujours un défi. De plus, il y a de la violence et des brimades entre les enfants syriens et libanais, ainsi que des comportements discriminatoires violents de la part des enseignants libanais dans certains cas.[21]

Les programmes ALP gérés par le HCR et MEHE acceptent les enfants dans le programme plusieurs fois par an, mais l'accès à ce processus d'inscription est difficile et les étudiants potentiels doivent passer un test pour garantir leur place. Ce test est basé sur le programme libanais, qui est différent de ce qui est enseigné en Syrie, ce qui entraîne des écarts entre le niveau de scolarité qu'un élève a terminé en Syrie et le niveau auquel il sera placé dans les écoles au Liban. La figure 1 montre que plus de 2% des élèves non scolarisés ont cité des difficultés avec le programme comme un facteur dissuasif. Ce changement peut également avoir un impact sur la santé mentale, l'estime de soi et par la suite le rendement scolaire de l'élève, en particulier dans le cadre d'un test.

Contraintes interpersonnelles

Certains élèves ont été privés d'éducation en Syrie et au Liban et ne sont plus en âge d'être scolarisés. La seule option disponible est l'éducation non formelle, cependant, de nombreuses ONG proposant une éducation non formelle n'acceptent pas les élèves de plus de 14 ans.[22]

L'un des obstacles auxquels les élèves syriens sont susceptibles de faire face une fois qu'ils vont à l'école publique est la langue d'enseignement. Toutes les matières de base, telles que les sciences, les mathématiques et les compétences de vie, sont enseignées en anglais ou en français (selon la région), ce qui contraste fortement avec ce à quoi ils étaient habitués en Syrie, où toutes les matières étaient enseignées en arabe. Un autre obstacle pour les parents qui souhaitent inscrire leurs enfants à l'école publique est le coût du transport. Bien que l'UNICEF organise chaque année des bus pour certaines zones, certains parents préfèrent envoyer leurs enfants dans des centres d'éducation non formelle à proximité, car ils sont souvent établis à l'intérieur ou à côté des camps. De plus, les parents s'inquiètent des châtiments corporels et du manque d'attention dans les écoles publiques.[23]

Certains de nos élèves ont manqué un an ou deux d'école au Liban en raison de la guerre et/ou du déplacement de leurs foyers. Ces élèves ne peuvent pas rejoindre l'année scolaire qui correspond à leur âge. S'ils rejoignent l'année qui convient à leur âge, il leur sera très difficile de suivre et de comprendre facilement la matière. Le nombre d'adolescentes qui ont reçu peu ou pas d'éducation est élevé dans la communauté que nous desservons. De plus, la santé mentale de nombreux étudiants est affectée par leurs années de déplacement et leur vie menacée. Par exemple, dans les centres, les élèves se comportent souvent mal pour attirer l'attention en classe. Ce comportement est perturbateur en milieu scolaire, mais indique un problème personnel plus large avec l'élève qui découle souvent de sa situation familiale. Certains élèves n'ont jamais été dans une salle de classe et ont donc du mal à revenir à la normale dans ce cadre, comme en témoignent le fait de ne pas encore savoir comment se comporter en classe, d'être perturbateur ou de ne pas pouvoir se concentrer.

Comme indiqué dans la section précédente, le mariage précoce constitue un sérieux obstacle à l'éducation des filles au Liban, car la plupart des filles cessent d'aller à l'école une fois mariées, surtout après être tombées enceintes. Étant donné que l'éducation est essentielle pour la prévention de cette pratique, ainsi que pour favoriser l'autonomisation des femmes, leur désertion scolaire est préoccupante. Certains d'entre eux hésitent également à se marier avant la fin de leurs études, exprimant lors de nos activités d'auto-développement leur volonté d'être libres de choisir leur avenir.

Les Centres : des espaces communautaires aux multiples facettes   

Lorsque les écoles publiques ne sont pas en mesure de surmonter ces obstacles à l'éducation, les programmes non formels sont essentiels pour garantir que les enfants restent engagés et poursuivent leur apprentissage, plutôt que de se décourager. Depuis le début du conflit en Syrie, l'éducation non formelle a été un élément important de la réponse humanitaire au Liban, servant désormais un double objectif. Premièrement, l'enseignement dispensé par des structures informelles qui suivent le programme libanais sert de tremplin vers l'enseignement public pour les élèves qui ont raté des années d'études importantes.[24] Les trois centres d'éducation et d'autonomisation de SB OverSeas sont plus que de simples écoles. En plus de l'éducation informelle, nous fournissons des services de soutien psychosocial et une aide matérielle à petite échelle, notamment des vêtements d'hiver, des matelas, des couvertures et des couches, ainsi que le travail avec la communauté pour aborder et surmonter les obstacles à l'éducation. Ce faisant, nous aidons la communauté via l'école plutôt que par des moyens humanitaires plus traditionnels, mais plutôt par un réseau de soutien communautaire. Grâce à nos centres, nous visons à résoudre trois problèmes différents : le manque d'accès à l'éducation formelle et les difficultés à rattraper le programme libanais, les opportunités limitées pour les jeunes réfugiés, les rares opportunités économiques et d'autonomisation pour les femmes et le grand besoin de soutien psychosocial en raison de la circonstances que la communauté a subies ainsi que les luttes actuelles. Cette section discutera de la manière dont, dans ces centres, nous sommes en mesure de relever les défis posés à ce groupe de personnes, liés à l'éducation, à la santé mentale, à la sensibilisation, à l'accès aux besoins de base d'une manière qui construit une communauté dans la dignité.

Éducation informelle

Le programme d'éducation non formelle de nos centres s'adresse aux élèves depuis l'âge de l'éducation de la petite enfance jusqu'à la formation professionnelle et professionnelle des jeunes. En 2019, 151 élèves de nos classes sont allés à l'ALP après avoir passé un test sur leur niveau de compétence. Cependant, il y a plusieurs étapes avant d'être intégré dans le système scolaire public afin de répondre au niveau des élèves libanais. Suite à leur séjour à l'ALP, 53 des élèves que nous avons préparés pour l'ALP sont entrés dans les écoles publiques. Les 98 autres élèves ont continué à un niveau supérieur au sein de l'ALP pour plus de soutien et de préparation requis avant d'entrer à l'école publique (c'est-à-dire passer du niveau 3 au niveau 4) et certains élèves ne réussissent pas l'année et doivent redoubler un niveau. Il est donc nécessaire de préparer les étudiants à ce processus, afin d'accélérer le temps dans l'ALP. Lorsque les élèves s'inscrivent dans nos salles de classe, nous vérifions l'âge et la situation familiale de chaque enfant. Les nouveaux étudiants qui rejoignent le programme passeront une série de brèves évaluations académiques afin d'évaluer leur niveau et leurs connaissances et de les placer dans le bon groupe d'apprentissage. Pour suivre les progrès de nos étudiants et l'efficacité du programme, nous leur demandons de passer des tests tous les mois. Afin de résoudre ce problème critique afin qu'aucun enfant ne manque ou ne reste à la traîne par rapport aux élèves inscrits dans le système scolaire public libanais, nous avons proposé la solution de fusionner deux années de scolarité en une seule. Ce système de rattrapage comprend une année de scolarité comprimée en cinq mois et il en est de même pour l'année suivante. Dans cette période, nous nous concentrons spécifiquement sur la langue et les mathématiques. Les étudiants reçoivent des cours d'arabe, d'anglais/français et de mathématiques dispensés par des professeurs formés et qualifiés.

Chacun de nos différents centres opère avec un objectif légèrement différent. À Saida, les élèves fréquentent l'école publique mais le niveau est très basique et nous offrons un programme d'apprentissage actif supplémentaire nécessaire pour que les élèves réussissent à l'école publique. A Arsal et Beyrouth, les élèves sont engagés dans des méthodes d'apprentissage créatives afin d'atteindre un niveau pour entrer à l'école publique. Dans tous les centres, les cours sont axés sur une approche active, car les élèves sont nouveaux dans la salle de classe et ont du mal à se concentrer s'ils ne sont pas constamment engagés.

Nous inscrivons également des adolescents syriens filles et garçons dans des programmes académiques, y compris l'anglais ou le français, l'arabe, les sciences et les mathématiques, et/ou suivons une piste parascolaire, offrant des compétences informatiques et logicielles, des sessions de compétences de vie et/ou d'autres ateliers pertinents. Des cours d'anglais ou de français et d'autres formations professionnelles sont également disponibles pour les femmes adultes des camps qui expriment leur intérêt à suivre les cours.

Pour l'amélioration de la qualité de l'enseignement et de l'accompagnement mais aussi l'épanouissement personnel et professionnel des enseignants majoritairement syriens du centre, nous organisons également des formations et des ateliers visant à reconnaître les qualités et capacités des enfants selon la tranche d'âge et le niveau scolaire et aider nos professeurs à acquérir des méthodes d'apprentissage actif et à intégrer les changements pédagogiques appropriés dans leur pratique. Ces formations comprennent les bases de la protection de l'enfance et de la gestion de classe, ainsi que des ateliers axés sur la constitution d'équipes pour aider nos enseignants à développer de nouvelles idées, compréhensions et techniques pour améliorer la qualité globale de l'éducation dans notre école.

Santé mentale, sensibilisation communautaire et création d'un espace positif

Chaque centre dispose d'un psychologue local formé sur place qui est un point de référence non seulement pour les problèmes de santé mentale des étudiants, mais qui est également connecté à la communauté et peut résoudre les problèmes de bien-être en répondant aux besoins d'un enfant en tant qu'étudiant. Lorsque les élèves se comportent mal, sautent des cours ou que d'autres problèmes surviennent, les enseignants peuvent envoyer les élèves voir le psychologue qui évalue ensuite leur comportement, en veillant à garder à l'esprit leur situation. Le psychologue apprend à bien connaître la situation des élèves et de leur famille, ce qui est essentiel pour apporter un soutien approprié. Les élèves qui se conduisent mal sont souvent ceux qui ont d'autres traumatismes sous-jacents ou des défis personnels qui n'ont pas été résolus ou qui n'ont pas les outils pour les surmonter. De plus, demander l'aide d'un psychologue ou d'un thérapeute peut dans certains cas être tabou, et donc fournir ce soutien dans le cadre d'une école aide à surmonter cet obstacle. De plus, lorsque les élèves ne viennent pas en classe ou ne sont pas capables de se concentrer en classe, le psychologue ainsi que le chef de projet et les enseignants rendront visite à la famille, offrant un soutien et un espace pour connaître leur situation et comprendre comment mieux soutenir l'élève et sa famille.

En plus de travailler avec la communauté autour de nos élèves, nous travaillons également avec les familles qui n'ont pas encore envoyé leurs enfants à l'école, en faisant des campagnes de sensibilisation sur le besoin d'éducation des jeunes. Alors que nos psychologues et enseignants comprennent les raisons pour lesquelles les familles envoient leurs enfants travailler ou se marier au lieu d'aller à l'école, nos campagnes de sensibilisation ciblent également délicatement cet obstacle à l'éducation. Pour les jeunes qui travaillent, nous travaillons avec leurs familles pour les encourager à venir au centre pour suivre des cours de mathématiques afin qu'ils sachent comment compter l'argent qu'ils gagnent. Nous adaptons les horaires de l'école au moment où les enfants travaillent, car nous ne pouvons pas raisonnablement demander aux enfants d'arrêter de travailler. Par conséquent, il est préférable d'adapter les cours afin qu'ils puissent à la fois travailler et participer aux cours. S'engager avec la famille est la pierre angulaire d'une éducation de qualité pour les élèves. Nous avons appris que même si un enfant est passionné d'aller à l'école et d'apprendre, si la famille n'est pas également d'accord sur le fait que c'est la meilleure décision pour son avenir, il sera difficile pour l'enfant de bien réussir à l'école.

Les cas de mariage précoce des filles dans nos centres se multiplient car ces enfants qui sont venus de Syrie à l'âge de 5 ans, ont maintenant 12 ans et font donc l'objet d'un mariage précoce. Pour les adolescentes, se marier et ne pas pouvoir continuer l'école est souvent une réalité. Alors que dans certains cas, nous ne pouvons pas convaincre la famille de ne pas épouser leurs filles, nous pouvons travailler pour convaincre les familles et les nouveaux maris que la fille peut continuer à aller à l'école après leur mariage. Pour offrir un espace à ces filles et en même temps dans le but d'autonomiser nos élèves, nous avons lancé un cours d'alphabétisation et de calcul dans le cadre du programme des jeunes. Dans le cadre de ce programme, les jeunes suivent des cours de connaissance de soi, d'anglais, d'arabe, de mathématiques, de compétences informatiques de base et de confiance en soi pour les aider à construire leur personnalité. Ce cours les aide non seulement à apprendre mieux et plus rapidement, mais il les aide également à devenir plus indépendants. Devenir alphabétisé ouvre de nouvelles portes pour rechercher plus de connaissances, devenir plus ouvert d'esprit et ambitieux, et prendre de meilleures décisions pour soi-même, même lorsque de nombreuses décisions concernant leur vie ont déjà été prises pour eux. De plus, ce programme permet aux filles de venir au centre, pendant la période difficile de leur vie où elles se marient pour la première fois.

Toucher tous les aspects de la communauté, des familles syriennes et des Libanais locaux

Dans tous nos centres, nous avons engagé la communauté locale dans tous les aspects. De nombreux enseignants et instructeurs des centres vivent dans les communautés desservies par les centres. Lorsque nous recherchons des enseignants, nous recherchons dans la communauté des personnes qui ont une certaine expérience dans l'enseignement ou qui sont disposées à apprendre. Nous accordons également la priorité à la formation et au soutien de ces enseignants, afin qu'ils puissent se développer personnellement et professionnellement, car c'est essentiel pour le soutien et le développement de la communauté.

L'autonomisation des femmes est à la base de notre projet. L'un des principaux conforts mentionnés par les femmes dans nos programmes est l'environnement sûr où elles peuvent parler librement avec des pairs qui rencontrent des difficultés et des luttes similaires. Une atmosphère de soutien, de compréhension et de communication ouverte est promue à tous les moments de rassemblement par toutes les personnes impliquées dans la gestion du centre et l'enseignement aux femmes. L'espace des femmes et les cours enseignés sont gérés par des professionnels capables d'enseigner le niveau de compétence nécessaire pour être employé. Les femmes ont la possibilité de suivre des cours de langue ainsi que des séances d'informatique et des ateliers de couture ou de crochet. Pour les aider à surmonter leurs difficultés économiques (bien qu'à petite échelle), nous commercialisons et vendons des produits fabriqués par les femmes, principalement des sacs fourre-tout en lin qu'elles cousent et des poupées au crochet. Les bénéfices reviennent directement à la femme qui a créé le produit. De plus, nous offrons une opportunité de réparation de vêtements durant laquelle les femmes du programme peuvent venir réparer ou confectionner des vêtements sous la supervision d'une formatrice. Les femmes du programme argent contre travail peuvent également suivre des cours pour apprendre l'anglais, car de nombreuses informations diffusées dans la vie publique (actualités, médicaments, etc.) sont écrites en anglais. Des séances psychosociales de groupe ou de soutien individuel, ainsi qu'une éducatrice pour garder les enfants des femmes pendant les séances sont disponibles, contribuant à la création d'un espace réservé aux femmes en toute sécurité au sein du centre.

Nos centres s'engagent également avec la communauté libanaise et palestinienne locale, afin de créer une plate-forme de communication pour comprendre les tensions et les problèmes ainsi que pour permettre à ces groupes de se renseigner sur les problèmes communs entre eux. Nous utilisons des moyens créatifs pour que les individus de la communauté s'expriment et expriment des problèmes tabous ou difficiles à aborder. Celles-ci peuvent inclure diverses formes d'art-thérapie qui fournissent un moyen d'établir la confiance. Par exemple, à travers une activité théâtrale collective, nous avons découvert des abus, des ventes d'organes au marché noir, des tentatives de suicide et des toxicomanies.

Conclusion

L'éducation est une plate-forme pour un soutien holistique des individus et de la communauté. En tant que pierre angulaire de la communauté, nos centres d'éducation et d'autonomisation apportent réconfort et équilibre à une communauté dans une situation de déplacement tumultueuse et prolongée. Avant tout, l'éducation est vitale pour soutenir les individus dans cette situation afin d'éviter la création d'une génération perdue - une génération de jeunes qui a perdu l'accès à l'éducation et reste sans instruction en raison d'un conflit prolongé. Cette possibilité est comprise au sein de la communauté et beaucoup donnent effectivement la priorité à l'éducation, mais certains n'ont pas les moyens économiques de le faire. Ces personnes et ces familles aux ressources limitées prennent alors la décision de faire travailler ou de marier leurs enfants afin d'assurer leurs besoins fondamentaux et leur survie. Nous tendons la main aux familles dans cette situation, car le système scolaire public ne s'adapte pas à leurs besoins - nos centres sont en mesure à la fois de leur permettre de faire ce que leur famille juge nécessaire à leur survie, mais aussi de leur permettre de rester à l'école.

Au-delà de la scolarisation, cependant, les centres sont des pôles de changement et d'espoir pour l'avenir. Alors que les personnes avec lesquelles nous travaillons sont confrontées à une situation de profonde incertitude, nous les aidons à travers notre programmation à faire des pas vers un avenir :

  • En s'engageant avec l'ensemble de la communauté et en abordant des sujets difficiles dans ces situations, de petits progrès peuvent être réalisés pour contribuer à la progression et au développement de ces communautés tout au long de leur déplacement.
  • C'est en effet la conviction de beaucoup qu'ils retourneront un jour chez eux, et grâce à cette conviction, beaucoup trouvent la motivation pour continuer à apprendre afin que, le moment venu, ils puissent faire progresser le pays.
  • Pour les jeunes et les enfants, il s'agit d'une génération qui ne peut pas vivre sans être scolarisée et accompagnée tout au long de la vie – l'éducation de cette génération ne peut pas être perdue à cause des conflits et des déplacements.

Avec cette mission, nous devons procéder en termes réalistes. Lorsqu'ils travaillent dans ces contextes, les acteurs humanitaires ne peuvent pas oublier la situation difficile à laquelle ces personnes sont confrontées ou essayer de forger un changement radical de mode de vie. Mais nous devons plutôt agir avec compassion et compréhension, nous adapter aux dures réalités de la vie et veiller à ce que la mission globale de soutien et de compassion soit primordiale. En tant que SB OverSeas, notre mission est double : éduquer et autonomiser une communauté d'une manière qui remet la dignité, le respect et l'amour dans les cœurs et les esprits qui ont été ternis par le conflit ; mais aussi être leur avocat dans un espace où ils ne peuvent physiquement être présents. C'est dans ce but que nous partageons nos découvertes et nos meilleures pratiques sur le terrain au cours des sept dernières années.

Tout au long de 2020, nous continuerons à fournir des informations sur le terrain pour informer les acteurs humanitaires et politiques de la communauté européenne et internationale grâce à une série de rapports sur nos missions. Nous explorerons plus en détail les éléments suivants :

  • Les luttes des enfants et des jeunes confrontés aux défis de l'analphabétisme tant au Liban qu'en Belgique,
  • la transition compliquée vers l'âge adulte pour les jeunes réfugiés en Europe,
  • une analyse des obstacles à l'enseignement supérieur pour les étudiants issus de réfugiés ; et
  • un rapport narratif sur les luttes quotidiennes et la résilience des femmes et filles réfugiées au Liban.

Pour suivre la progression de ce travail et suivre notre travail, visitez www.sboverseas.org et suivez nos Facebook, Instagram et Twitter pour les mises à jour.

Télécharger une copie de ce rapport


[1] HCR (2019) « Évaluation de la vulnérabilité des réfugiés syriens au Liban » Disponible sur https://reliefweb.int/report/lebanon/vasyr-2019-vulnerability-assessment-syrian-refugees-lebanon

[2] Pour les Syriens arrivés au Liban avant 2016 par des moyens légaux avec l'intervention du HCR, ils ont reçu des papiers de résidence avec le HCR comme parrain. Depuis 2016, les Syriens ne peuvent pas être parrainés par le HCR et ont plutôt besoin d'un parrain libanais pour avoir une résidence légale. Certaines personnes auparavant parrainées par le HCR avant 2016 se voient refuser le renouvellement de leurs papiers à moins d'avoir un parrain libanais. Human Rights Watch (2016) « Les règles de résidence au Liban mettent les Syriens en danger » Disponible sur  https://www.hrw.org/news/2016/01/12/lebanon-residency-rules-put-syrians-risk

[3] Plan International (2019) « Les adolescentes en crise : les voix de Beyrouth » Disponible sur : https://plan-international.org/publications/adolescent-girls-crisis-beirut

[4] Rapports de l'UNWRA qu'environ 10 000 Palestiniens vivent dans le camp de Chatila.

[5] HCR (2019)

[6] HCR (2019)

[7] HCR (2019)

[8] HCR (2019)

[9] PR. « Les réfugiés syriens ont recours au travail des enfants au Liban. Pri.org.  https://www.pri.org/stories/2017-09-05/syrian-refugees-resort-child-labor-lebanon

[10] Plan international. "Évaluation des besoins des filles et des garçons adolescents : focus sur le travail des enfants et le mariage des enfants." Data2.unhcr.org. https://data2.unhcr.org/en/documents/download/64845

[11] Stano, Katarina (2017) "La génération perdue de la Syrie : les enfants réfugiés au travail" Al Jazeera Disponible à https://www.aljazeera.com/indepth/features/2017/07/syria-lost-generation-refugee-children-work-170704134535613.html

[12] Droits de l'homme sans frontières, "Mariages d'enfants, précoces et forcés et religion", 2017

[13] Philippe Lazzarini (2017) Prévenir les mariages d'enfants, Disponible sur https://reliefweb.int/report/lebanon/philippe-lazzarini-preventing-child-marriages-march-23-2017-parliament-library-hall

[14] HCR (2019)

[15] ABAA et l'Institut arabe des droits de l'homme, Séminaire régional sur le mariage des enfants pendant la transition démocratique et les conflits armés, p.16, 2015

[16] Khawaja, B. « Grandir sans éducation : Obstacles à l'éducation pour les enfants réfugiés syriens au Liban. Human Rights Watch. https://www.hrw.org/report/2016/07/19/growing-without-education/barriers-education-syrian-refugee-children-lebanon

[17] HCR (2019)

[18] Bartels, SA, et al. "Donner un sens au mariage d'enfants, précoce et forcé chez les filles réfugiées syriennes : une étude de méthodes mixtes au Liban." Santé mondiale BMJ, Volume 3, Numéro 1 (2018). https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5838398/ ; Khawaja, B. « Grandir sans éducation : Obstacles à l'éducation pour les enfants réfugiés syriens au Liban. Human Rights Watch. https://www.hrw.org/report/2016/07/19/growing-without-education/barriers-education-syrian-refugee-children-lebanon  

[19] UNICEF, "L'UNICEF lance un aperçu interactif de la lutte des enfants syriens pour l'éducation." Unicef.org. https://www.unicef.org/press-releases/unicef-launches-interactive-glimpse-syrian-childrens-struggle-education

[20] PAM, HCR, UNICEF. "Évaluation de la vulnérabilité des réfugiés syriens au Liban 2016." www.wfp.org. https://documents.wfp.org/stellent/groups/public/documents/ena/wfp289533.pdf

[21] HCR (2019)

[22] Khawaja, B. « Grandir sans éducation : Obstacles à l'éducation pour les enfants réfugiés syriens au Liban. Human Rights Watch. https://www.hrw.org/report/2016/07/19/ growing-without-education/barriers-education-syrian-refugee-children-lebanon.

[23] Khawaja, B. « Grandir sans éducation : Obstacles à l'éducation pour les enfants réfugiés syriens au Liban. Human Rights Watch. https://www.hrw.org/report/2016/07/19/growing-without-education/barriers-education-syrian-refugee-children-lebanon

[24] UNICEF. « Ramener les enfants réfugiés syriens à l'école au Liban. Unicef.org.uk.https://www.unicef.org.uk/bringing-syrian-refugee-children-back-learning-lebanon/.

Suivez-nous
fr_BEFrench
MENU
À l'étranger
Icône du menu de gauche