Bukra Ahla à travers les yeux d'Alex

29 Août
0

Bukra Ahla à travers les yeux d'Alex

par Alex Hart, volontaire à Beyrouth

Le centre de Bukra Ahla où nous vivons et travaillons est situé entre le camp de Chatila et le poste de contrôle militaire le plus intensif que j'ai vu au Liban. Si vous vous dirigez vers Chatila, vous voyez une zone qui ressemble beaucoup à des projets aux États-Unis, même si, comme le reste du Liban, elle est plus encombrée et possède des marchés de rue. Si vous vous dirigez vers le poste de contrôle militaire, il y a des hommes armés avec des mitrailleuses, des gilets pare-balles et des grenades, et des structures en béton qui rappellent les images que j'ai vues jouer sur les écrans d'information américains sur Bagdad ou Kaboul quand j'étais enfant. À l'extérieur du poste de contrôle se trouve un parc public magnifiquement entretenu où je cours tous les jours, puis vous arrivez à Badaro, un quartier plein de bars, de restaurants, de jeunes, d'étudiants et d'étrangers. Vous pouvez faire tout le trajet en moins de 20 minutes à pied.

C'est essentiellement Chatila. Avec un passé troublé, il semble que le reste de Beyrouth essaie de l'enfermer, la traitant comme un paria ou une greffe des zones de conflit déchirées par la guerre dont la plupart de ses habitants sont issus, même s'ils sont éloignés de quelques générations. En effet le lieu est célèbre : je me souviens l'avoir dit à un homme d'un village relativement éloigné de Beyrouth où nous vivions. Il a répondu immédiatement, à un parfait inconnu : « Ah, vous vivez donc au pays de la pauvreté ».

La réalité de Chatila est beaucoup moins dramatique. Il y a sans aucun doute un niveau élevé de pauvreté et tous les défis qui y sont associés. Les gens sont à l'étroit dans un espace restreint, souvent avec de faibles perspectives d'emploi et peu de capacité à changer leur situation dans un avenir immédiat.

Il y a un manque d'éducation endémique, le plus troublant avec les jeunes enfants. Pourtant, malgré la perception qui l'entoure, je ne me sens pas encore en danger ici. La pauvreté existe partout, et à Chatila, bien qu'elle soit certainement difficile, elle est loin d'être désespérée. Le travail que fait le centre aide à faire en sorte qu'il en soit ainsi, en comblant le fossé en matière d'éducation et en permettant à beaucoup de ces enfants d'avoir une chance d'avoir un avenir meilleur, un avenir avec de réelles opportunités. Ils ne réussiront probablement pas tous à travers tout le système d'éducation et obtiendront un diplôme d'études secondaires, mais certains le feront; quelques-uns finiront peut-être à l'université et, avec le temps, cette opportunité se répandra.

Quand j'y pense, je pense aux sacrifices que les familles, et même toute la communauté, doivent faire pour donner cette chance à leurs enfants. De nombreux étudiants des niveaux supérieurs travailleraient soit en ce moment, soit dans les prochaines années de leur vie. Un matin, je suis allé dans un magasin Manoushe juste à côté de l'école, et j'ai vu un vieil homme s'approcher et installer une chaise, où il criait après les enfants et s'assurait qu'ils allaient à l'école à l'heure. Il était clairement aveugle d'un œil et sa jambe était soit très gravement endommagée, soit simplement une prothèse.

Il est peu probable qu'il voie jamais sa communauté changer radicalement, mais il reste assis dehors et s'assure que les enfants vont à l'école. Cela me rappelle une histoire que j'ai lue une fois par un journaliste que je suis.

Un homme avait planté un arbre sur une colline en Afghanistan afin d'en faire un endroit agréable pour s'asseoir. L'arbre mettrait probablement 50 ans à pousser, et l'homme serait parti depuis longtemps au moment où il serait prêt. Lorsque le journaliste lui a demandé pourquoi il l'avait planté, il a répondu : « ce n'est pas pour moi, c'est pour les autres ».

Laisser un commentaire

Suivez-nous
fr_BEFrench
MENU
À l'étranger
Icône du menu de gauche