#Trashtag à Bruxelles et au Liban

Mariana Batista

#Trashtag à Bruxelles et au Liban

#Trashtag à Bruxelles et au Liban

Tout le monde aime un bon défi, en particulier un défi international qui va au délà des frontières et relie les gens via l’Internet. Le défi viral en ligne #trashtag a fait exactement cela. Au cours des derniers mois, il y a eu des bénévolats enthousiastes, conscients de leur impact sur le changement climatique, qui se sont rassemblés et qui ont pris part au défi #trashtag en nettoyant les plages, les parcs et les routes dans leurs communautés et en affichant en ligne leurs photos d’avant et d’après. Ce défi attire l’attention à la quantité de déchets plastiques produite par la société internationale.

L’équipe de SB Overseas a pris part dans ce mouvement, tant dans les centres au Liban qu’ici à Bruxelles. Dans notre centre en Saïda au Liban, les élèves de 1re année ont reçu une leçon sur la collecte des ordures ménagères et la distribution du recyclage. Ses nouvelles compétences acquises ont été mises à l’épreuve avec une visite scolaire à la plage de Saïda, où une activité de nettoyage de la litière a été menée. Notre centre à Beyrouth a fait un exercice similaire sur leurs plages respectives. L’objectif du projet était de participer au mouvement international, mais également de sensibiliser les enfants à l’impact positif et négatif qu’ils peuvent avoir sur l’environnement. Cette activité a présenté une leçon précieuse : il y a beaucoup de travail à faire, mais avec des bonnes mesures de précaution et la volonté de prendre soin de notre planète, le travail peut être réduit et le nettoyage peut rassembler une communauté autour d’un meme objectif.

SB Espoir a également mené une session d’activités de recyclage avec nos équipes bruxelloises qui travaillent dans les centres de Woluwe-Sainte-Pierre et d’Uccle. Les activités ont incité les jeunes à adopter des méthodes éthiques d’élimination des déchets en leur enseignant les rudiments du recyclage et le ramassage des déchets dans la communauté bruxelloise. Après cela, les jeunes ont participé à des projets de bricolage amusants et créatifs utilisant des matériaux communs, mais rarement recyclés, tels que des papiers et des gobelets en plastique, pour créer quelque chose de nouveau. Les déchets restants étaient considérés non seulement comme un matériau à recycler, mais également comme un matériau qui peut être réutilisé pour créer quelque chose de nouveau et d’innovant.

Les deux activités, qui couvrent des kilomètres de distance, ont présenté un nouveau problème qui touche nos communautés internationales : l’existence d’une hiérarchie des déchets dans laquelle de nombreuses personnes refusent de réduire, de réutiliser et de recycler leurs déchets. Dans de nombreux cas, cela est dû à un manque de sensibilisation et de connaissances concernant l’impact de chaque individu sur notre immense planète. Le recyclage est un excellent moyen de relancer la participation de la communauté, mais l’éducation aux valeurs fondamentales de la réduction des déchets est tout aussi importante. SB OverSeas reconnaît l’éducation comme un outil précieux et a activement intégré l’importance de la prévention dans son programme d’enseignement. La jeunesse est l’avenir, nous devons leur fournir les connaissances dont ils ont besoin pour prendre soin de la planète.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.