Femmes en conflit, une discussion avec l'Université des Nations Unies

28 Mar
0

Femmes en conflit, une discussion avec l'Université des Nations Unies

Les femmes ne sont pas des victimes, et lorsqu'elles sont responsabilisées et incluses dans les opérations de maintien de la paix, les solutions sont beaucoup plus tangibles et durables. C'était le message central qui résonnait d'une discussion sur la Journée internationale de la femme à l'Université des Nations Unies, sur ce qui pourrait arriver lorsque les femmes se voient confier des rôles de leadership dans des situations post-conflit et ce qui peut arriver lorsqu'elles sont autonomisées dans leur vie quotidienne.

L'Université des Nations Unies pour les études comparatives sur l'intégration régionale (UNU-CRIS) a invité SB OverSeas à participer à la table ronde de son atelier à Bruges sur "Les femmes dans les conflits et les situations d'urgence : les leçons apprises et la voie à suivre". Le panel était composé d'universitaires, d'étudiants et de praticiens de tous les horizons dans ce domaine d'études. Les conférenciers comprenaient : le Dr Vanessa Newby, le Dr Adriana Banozic, Louma Albik et deux stagiaires de recherche Olga Petrova et Nani Makubalo.

Au fur et à mesure que ces histoires émotionnelles d'autonomisation sont venues au premier plan, il était clair que l'énergie dans la pièce avait changé. Il y avait un sentiment urgent de motivation et d'encouragement à faire davantage de recherches, à mettre en lumière des données et à changer la façon dont nous décrivons les femmes.

Le thème de la table ronde de cette année tournait autour des remèdes potentiels sur la façon de lutter contre la violence sociale et les conflits et de promouvoir l'égalité des sexes et les droits des femmes. La table ronde a commencé par le rôle des femmes dans les opérations de maintien de la paix et l'importance de la représentation féminine dans les zones de conflit.

Louma Albik, la présidente de SB OverSeas, a fourni des perspectives sur le terrain et a raconté son témoignage sur ce à quoi ressemble vraiment l'autonomisation des femmes. SB Overseas gère des écoles et des centres au Liban pour les femmes et les jeunes réfugiés syriens. Elle a présenté le travail effectué par SB OverSeas dans les trois centres pour femmes au Liban, qui se concentrent sur la formation professionnelle, le soutien psychologique et les programmes d'alphabétisation. Ces programmes sont fondamentaux pour l'autonomisation des femmes et des jeunes dans les situations post-conflit. Les histoires racontées variaient, mais elles avaient toutes un point commun; plus les femmes étaient incluses et participaient à des programmes qui leur donnaient les outils pour s'améliorer, plus elles étaient susceptibles d'améliorer la vie des autres autour d'elles.

La discussion s'est également étendue au-delà des conflits, se concentrant sur le rôle des femmes dans les catastrophes naturelles. Grâce à diverses études de terrain, il a été démontré que les femmes qui avaient un rôle dans les opérations post-catastrophe étaient capables de minimiser les risques et de mieux travailler en équipe, ce qui a conduit à une progression positive dans le rétablissement après une catastrophe.

Alors que l'atelier touchait à sa fin, nous n'avons pas pu nous empêcher de penser à toutes les choses qui sont encore sous-étudiées, à tous les programmes qui restent à développer et à tous les discours sur les femmes qui doivent être changés. Cependant, en ce jour particulier, un jour de célébration des femmes, je n'ai pas pu m'empêcher de ressentir un fort sentiment d'autonomie et d'espoir. Grâce à cet atelier, et à de nombreux ateliers de ce type, et à tout le travail incroyable que ces femmes et des millions d'autres ont accompli, nous nous rapprochons de la célébration des femmes au quotidien.

Écrit par Mariana Batista, stagiaire à SB OverSeas 

Suivez-nous
fr_BEFrench
MENU
À l'étranger
Icône du menu de gauche