La protection des enfants migrants, un événement par l’Université des Nations Unies

La protection des enfants migrants, un événement par l’Université des Nations Unies

La protection des enfants migrants, un événement par l’Université des Nations Unies

Être migrant n’est pas un crime, ça c’est particulièrement vrai avec les enfants. Les gens ont tendance à oublier qu’un enfant est toujours ça : un enfant. Dr. Sandie Blanchet, directrice du bureau des relations avec l’Union européenne de l’UNICEF, a souligné ce fait lors d’un événement sur les enfants en crise, au cours duquel elle a mis l’accent sur les enfants, qui représentent la moitié de la population touchée par la migration provoquée par le conflit.

SB OverSeas a également eu le plaisir de participer l’événement organisé le 18 mars sur le thème «Protection des enfants dans les situations d’urgence», organisé par l’Université des Nations Unies CRIS à Bruges. La plupart de ces urgences sont silencieuses, personne n’en parle et elles ne reçoivent pas l’attention dont ils ont besoin. Raison pour laquelle il est si important pour vous, le lecteur et toutes les organisations sur le terrain, de travailler ensemble pour accroître la visibilité, l’action et engager les gens. Tous les enfants, indépendamment qu’ils soient réfugiés ou non, devraient avoir accès à l’éducation. Malheureusement, cela est loin de être la réalité, comme le á remarquer M. Stefan Maier, responsable des politiques et d’assistance juridique au UNHCR. 92% des enfants dans le monde fréquentent l’école primaire, comparé avec le 61% des enfants réfugiés qu’ont cette possibilité; pour les inscriptions à lenseignement secondaire, les statistiques sont moins optimistes car 84% des enfants dans le monde y ont accès, contre 23% des enfants réfugiés. Cela signifie que moins dun quart des réfugiés dans le monde vont à l’école secondaire.

Finalement, seulement 1% des élèves refugiées ont accès à l’éducation supérieur. L’éducation est un outil puissant de protection et un moyen de générer stabilité et d’assurer la continuité car elle permet les enfants et jeunes la possibilité de prospérer, pas seulement de survivre. SB Overseas est actuellement actif dans les phases nécessaires pour améliorer accès à l’éducation pour les réfugiés au Liban. Avec nos écoles de rattrapage non formelles, et nos activités de loisir nous créons un espace d’apprentissage sécurisé que permettre les enfants passer à une éducation formelle dans les écoles publiques. Dr Blanchet a souligné qu’un tiers des enfants du pays sont maintenant réfugiés. Raison pour laquelle l’UNICEF collabore avec le ministre de l’Éducation pour renforcer leur système et lui permettre d’inclure ces enfants. Ainsi, non seulement les réfugiés bénéficieront de l’intervention pour la crise, mais aussi le pays hôte des programmes.

Vous pouvez vous engager à partir de Bruxelles pour nous aider à poursuivre notre travail sur d’éducation á travers des écoles du rattraper au Liban. Comment ? vous pouvez acheter nos produits, faire une donation, vous pouvez également devenir volontaire soit à Bruxelles, où nous travaillons avec des mineurs non accompagnés pendant le week-ends, ou au Liban en tant qu’enseignant dans une de nos trois écoles. Si vous avez d’autres questions souhaitez vous engager avec notre organisation, n’hésitez pas à nous contacter !

Écrit par Ana Londono Botero, stagiaire à SB OverSeas

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.