Conférence sur l’Education Non Formelle dans le Moyen Orient et l’Afrique du Nord

Conférence sur l’Education Non Formelle dans le Moyen Orient et l’Afrique du Nord

Conférence sur l’Education Non Formelle dans le Moyen Orient et l’Afrique du Nord

Le 12 septembre 2018

Institut Issam Fares de l’Université Américaine de Beyrouth 

Le conflit syrien n’a pas seulement engendré la perte de nombreuses vies et de moyens de subsistance pour les familles syriennes. Il a également créé une génération avec un besoin urgent d’éducation durant cette situation de déplacement prolongé que vivent les syriens. C’est surtout le cas au Liban car l’Etat n’a ni les capacités ni les fonds pour inclure ces enfants dans le système publique d’éducation. Cela met en lumière l’importance de l’Education Non Formelle (ENF) et des acteurs qui en sont à l’origine.

La conférence a été tenue par les Docteurs Gregory Light et Denise Drane de l’Université Northwestern, qui ont présenté les résultats de leur recherche sur l’importance de l’intelligence émotionnelle et des capacités de pensée critique, qui ont été appliquées au Liban, en Jordanie et dans la rive occidentale. Mohamed El Amine de l’Institut Salam pour la Paix et la Justice à pris le relai en donnant un aperçu du programme pour cette étude, qui a été soutenue par son collège Talal Emalat en charge de la formation des enseignants. 

Durant la seconde session, les Docteurs Michael Robbins de l’Université de Princeton et Hana A. El Ghali de l’Université Américaine de Beyrouth ont donné un aperçu de l’opinion publique (réalisé grâce à des sondages) sur l’ENF dans la région MENA.

Dans la troisième session, les acteurs de l’ENF ont donné des précisions sur leurs actions et différents modèles d’ENF en réponse à la crise de l’éducation des réfugiés syriens au Liban. Ils ont parlé d’innovation et ont partagé leurs expériences les plus réussies. Après avoir présenté SB OverSeas au public, un panel a été organisé avec Sonbola, Alphabet et la Commission pour l’Education Pédagogique au Liban, qui ont ensemble pu répondre aux questions du public.  

La journée fut remplie de discussions productives et a mis en lumière les points de vues exprimés par le monde académique et les acteurs sur le terrain. Ce qu’il en est ressorti est un besoin primordial de former un front uni pour continuer à mener des recherches approfondies et apporter nos services à ceux dans le besoin, en partageant nos découvertes et les défis auxquels nous faisons face. 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.