Benevolat au Liban: L’histoire d’Alex

Benevolat au Liban: L’histoire d’Alex

Benevolat au Liban: L’histoire d’Alex

A propos de vous …

Bonjour tout le monde ! Je suis Alex, je viens de Roumanie, et j’ai travaillé pendant cinq ans dans le secteur des croisières où j’organisais surtout des visites. L’an dernier, je me suis lancée dans le freelance. Pour cela, j’ai voyagé en Egypte, en Iran et au Liban, où j’ai appris l’anglais, j’ai écrit et dansé et j’ai goûté et pu découvrir de nouvelles choses et différentes cultures. Cela m’a permis de mieux me connaître.

Comment avez vous pris part au programme de SB ?

J’ai découvert SB sur internet, je voulais vraiment travailler avec les réfugiés et j’ai toujours voulu visiter le Liban !

Meilleur souvenir avec SB ?

C’est évidemment l’excursion en montagne ! C’était un voyage organisé pour les enfants de ma classe. Nous avons vu les Cèdres de Dieu dans les montagnes Bsharri où la plupart des enfants ont vu et eu leur première expérience avec la neige. Nous avons dansé, organisé des batailles de boules de neige et contemplé la beauté de l’endroit où nous étions. Ce souvenir est véritablement inoubliable. De plus, sur le chemin du retour, la plupart des bénévoles et organisateurs étaient fatigués, et cela a été incroyable de voir que les enfants continuaient de danser, chanter et sauter dans le bus avec la musique à plein régime, comme s’ils voulaient profiter de chaque miette de ces moments, comme s’ils ne voulaient jamais qu’ils se terminent.

Qu’est-ce qui a été plus compliqué ?

Pour moi, il a été assez difficile de gérer les enfants qui n’étaient pas intéressés à l’idée de participer. Ceux qui voulaient rester à l’écart ou refusaient de participer à une activité, un jeu ou un exercice. Il a aussi été compliqué de travailler avec les enfants qui n’avaient jamais été dans un environnement scolaire. On se doit d’être patient et prendre du temps pour se calmer pour répondre aux besoins de chacun et s’habituer aux différentes habitudes de vie.

Un conseil pour de futurs bénévoles ?

Je pense que l’approche que chaque bénévole devrait avoir dans ce contexte serait d’être un camarade qui veut aider et partager, car ainsi, vous pouvez créer un environnement propice à l’apprentissage. L’idée préconçue qu’est l’éducation est différente quand vous êtes dans un endroit avec le contexte d’un camp de réfugiés. Nous devons tous faire de notre mieux et apprendre quelque chose chaque jour des autres. Aussi, je vous conseille d’être flexible et plein d’humour, n’hésitez pas à utiliser la musique, l’espièglerie et diverses activités.

Cela a-t-il changé votre vie d’une certaine façon ?

Travailler avec des personnes qui ont perdu leur mode de vie, l’endroit où ils vivaient, et parfois aussi des êtres chers, leur enfance … tout cela a changé la personne que je suis. J’ai compris que je devrais être reconnaissante pour ce que j’ai et c’est en fait le seul moyen d’être capable d’aider les gens à affronter leurs difficultés. J’ai eu énormément d’admiration pour beaucoup de personnes – des hommes, des femmes et des enfants – qui ont eu tellement de volonté et une attitude digne vis-à-vis de la vie alors qu’ils sont passés par tellement de choses …

J’ai décidé de plus travailler avec des femmes – de m’impliquer ou même de créer un programme d’autonomisation de femmes. J’ai ressenti beaucoup de joie lorsque j’ai organisé les cours de fitness et je voudrais voir où cela me mène.

Quelle est la leçon la plus importante que vous avez retenue ?

La plus importante leçon que j’ai retenue est que nous avons le pouvoir de choisir et de faire la différence pour des personnes qui en ont besoin en ce moment – plus que personne. Il y a de nombreuses causes à défendre, c’est vrai, mais je pense que l’éducation est le meilleur espoir que nous pouvons donner pour apporter du changement à ce monde.

Au final, il faut se demander – à quel point les humains que nous sommes sont responsables de ce qui se passe aujourd’hui dans le monde ? Et je pense que nous devrions regarder au-delà de nos propres défis communs et ordinaires et juste chercher à donner notre temps, notre attention, notre (non)expérience et bonne intention. Donnez.

Quelque chose que vous voulez partager ?

Les gens ont tendance à compliquer les choses. Jouez-là simplement. Nous oublions souvent qu’en écoutant les gens, en témoignant notre reconnaissance ou même en souriant, nous apportons des actes de gentillesse dans ce monde. C’est peut-être un cliché, mais peu importe : quand on veut on peut. Comme le dit un vieux proverbe : « c’est la pluie qui fait pousser les fleurs, pas le tonnerre ».

Lisez-en plus que les aventures d’Alex sur son blog ici où elle écrit à propos de ses expériences et de son bénévolat au Liban.

Intéressé par notre programme de bénévolat au Liban ? Cliquez ici pour postuler !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.