Une enfant séparée de son enfant

Une enfant séparée de son enfant

Une enfant séparée de son enfant

Article écrit par Jade-Leigh Tenwick, Chargée de Communication et Développement chez SB OverSeas 

A douze ans, Yosser a été demandée en mariage. Sa vie avait jusqu’alors été normale, mais la guerre a éclaté en Syrie. Yosser a passé son enfance à aller à l’école et jouer avec ses amis du quartier. Mais tout cela a changé avec la guerre : cela a entraîné sa famille à trouver refuge au Liban quand elle avait neuf ans. Trois ans plus tard, un garçon de dix-huit ans lui a demandé sa main. 

Au début, son père avait refusé car il n’était pas sûr du mariage et des conséquences qu’il aurait sur la vie de Yosser. Mais son grand-père, ainsi que le reste de la famille, ont dit que ce mariage devait avoir lieu. Alors a treize ans, elle s’est retrouvée inscrite sur le registre de mariages de la commune et rapidement, elle s’est installée dans une maison pleine d’étrangers. Sa famille lui avait vendu ce mariage comme un conte de fées et lui avait dit qu’elle serait heureuse. Il n’a fallu que trois semaines pour que ce conte éclate pour se briser en mille morceaux. La violence était devenue aléatoire et banale. Demander du chocolat était par exemple l’une des raisons qui avait entraîné le garçon à la frapper. Après huit mois de violence quotidienne, elle s’est enfuie pour retrouver sa famille, alors qu’elle était enceinte.

Cela n’a pas suffit pour que sa famille lui montre son soutien et tous l’ont forcée à retourner auprès se son mari. Un jour, dans un excès de violence, ce dernier a déchiré leurs papiers de mariage : il n’y avait alors plus de preuve qu’ils étaient mariés. Cela aurait des conséquences terribles puisque l’on en déduirait que l’enfant serait né hors mariage. Cela signifiait qu’elle porterait sur ses épaules le poids de la stigmatisation sociale d’avoir un enfant illégitime, mais également qu’elle ne pourrait pas être sur les registres du Liban. 

La famille de Yosser a donc demandé des conseils juridiques au HCR et avec l’aide de leur avocat, ils ont reçu non seulement une preuve du mariage, mais également les papiers pour le divorce. Mais ces papiers sont arrivés en même temps que sa prise de conscience du fait que son futur enfant serait donné au mari à sa naissance.

Yosser suit désormais les classes d’autonomisation de SB OverSeas où elle a à sa disposition un espace sûr où elle peut parler des expériences qu’elle a traversées et recevoir du soutien pour apprendre à affronter la séparation avec son enfant. Un jour, avec notre soutien, nous espérons qu’elle aura l’opportunité de rêver à nouveau d’un avenir meilleur.

SB OverSeas a trois écoles et centres d’autonomisation au Liban, qui travaillent pour aider les personnes déplacées à cause du conflit syrien. Nous croyons en l’éducation et l’autonomisation comme solution à un futur meilleur et pensons que chaque enfant doit y avoir droit. 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.