Le bénévolat au Liban: L’histoire de Sandon

1. Dites-nous-en un peu plus à propos de vous
Je m’appelle Sandon Mims. Je viens des Etats Unis et je suis né à St Augustine en Floride. J’ai 23 ans et j’ai validé mon diplôme de l’Université de Floride en 2017. Après avoir obtenu ma licence en Sciences Politiques, j’ai déménagé à Jacksonville en Floride et j’ai travaillé un an (AmeriCorps VISTA à World Relief) à Jacksonville. Chez World Relief, j’étais chargé de développer et mettre en place des programmes pour aider les réfugiés aux revenus limités à trouver un emploi et avoir accès l’éducation secondaire.

2. Comment avez-vous pris part au programme de SB ?
Lorsque j’étais chez World Relief, j’ai eu l’opportunité de travailler avec les réfugiés qui venaient de tous les coins du monde qui ont été déplacés à cause de violents conflits comme celui en Syrie. Mon travail m’a fait prendre conscience de la réalité de la crise humanitaire dans l’histoire et m’a fait réaliser l’incroyable capacité à persévérer dont font preuve les réfugiés malgré les barrières auxquelles ils sont confrontés.

Même si j’ai adoré travailler avec les réfugiés chez moi, la passion que j’ai ressentie, le temps et les qualités que je possède en la matière m’ont semblé plus pertinentes si utilisées dans l’épicentre du désastre humanitaire. C’est pour cela que j’ai cherché des opportunités de travailler avec les réfugiés dans le Moyen Orient, en Afrique ou en Asie. Quand j’ai trouvé les opportunités qu’offrait SB OverSeas en tant que bénévole sur Relief Web, j’ai senti l’envie de postuler.

3. Meilleur souvenir avec SB ?
J’ai bien trop de souvenirs qui ressortent de mon court séjour avec SB, tellement que je ne pourrais pas les lister tous. Sans ordre particulier, ils sont les suivants : voir les sourires sur les visages de mes étudiants lorsque j’ai visité l’endroit où ils vivent dans le camp de Chatila, la première fois que j’ai entendu mes étudiants avoir une conversation en anglais en utilisant la grammaire et le vocabulaire que nous avions étudié la semaine précédente, me lier d’amitié avec mes collègues professeurs d’arabe et les anciens bénévoles originaires de partout dans le monde, jouer au football avec les équipes de bénévoles à Sidon, et emmener mes élèves sur un terrain de jeu et les voir plein de joie, juste pour en citer quelques-uns.

4. Qu’est-ce qui a été plus compliqué ?
Il y a beaucoup de différentes difficultés inhérentes au fait de travailler dans un environnement si injustement désavantagé. Bien-sûr, cela peut être déprimant de voir au premier abord un tel degré de privation dans le camp de Chatila. Il y a un sérieux manque de ressources et d’opportunités qui sont paralysants pour des milliers de personnes de tous âges, parmi lesquels nos étudiants, et être témoin de telles circonstances – comme un outsider étant là seulement temporairement – peut être vraiment délicat. D’un côté, cela me rappelle constamment pourquoi je suis là : pour aide les plus vulnérables dans le monde. D’un autre côté, je suis un peu dépassé et dévasté d’être témoin de la taille et de l’importance de la crise, et il peut alors être difficile de rester enthousiaste et optimiste.

Il est aussi important de souligner qu’il y a de plus petits défis au quotidien. Il peut être difficile de communiquer de manière efficace avec les étudiants à cause de la barrière de la langue, et j’ai souvent le sentiment que je ne fais pas la différence autant que je le souhaiterais. Il y a régulièrement des coupures de courant et il n’est pas inhabituel de rester sans eau courante pendant 2-3 jours, même si on s’y attend en vivant et travaillant dans ces régions.

5. Un conseil pour de futurs bénévoles ?
Venez au Liban en étant prêt à faire la différence, mais n’insistez pas trop en voulant faire les choses à votre façon quand vous arrivez. Si vous venez d’un pays « de l’ouest », vous devez réaliser qu’il y a d’importantes différences culturelles, et vous devez faire de votre mieux pour vous y adapter.
N’ayez pas peur non plus si vous n’avez aucune expérience dans l’enseignement. Le programme est élémentaire et les enfants ont envie d’apprendre. C’est bien plus important que vous y mettiez toute votre énergie, et je vous le promets, cela suffira.

6. D’une certaine façon, cela a-t-il changé votre vie ?

C’est un cliché, mais je pense réellement que cette expérience de bénévolat à changé ma vie pour toujours. Alors qu’il me reste encore 3 mois et demi de bénévolat au Liban, je ne doute absolument pas que je me rappellerai des gens que j’ai rencontré, des histoires que j’ai entendues, des circonstances dans lesquelles j’ai vécu, et ce pour le reste de ma vie. Je pense que je suis une meilleure personne grâce à ces expériences, et je suis pressé d’en apprendre plus ces prochains mois.

7. Quelle a été la leçon la plus importante que vous avez retenu ?
On fait souvent référence aux enfants réfugiés syriens comme une « génération perdue » et c’est vrai que le monde continue d’avancer sans prendre compte des circonstances difficiles de leur vie. J’ai appris cependant et je pense qu’il est important pour les autres de comprendre que les enfants réfugiés syriens n’ont pas oublié ce qu’ils sont. Comme les autres enfants, ils ont des espoirs, des rêves et des ambitions qu’ils gardent avec eux avec enthousiasme chaque jour.

J’ai appris que le discours autour de la crise des réfugiés, de la situation syrienne est faussée et pleine de condescendance. Ce sont de vraies personnes, avec leur personnalité, elles sont pleines d’insécurité et d’aspirations comme nous tous, et selon moi, nous ne devrions pas si rapidement coller des étiquettes à ces centaines de milliers de personnes avec un seul discours accrocheur qu’ils n’approuveraient pas comme descriptions d’eux-mêmes.

8. Quelque chose d’autre que vous voulez partager avec nous ?
Si vous êtes un candidat qualifié qui est sérieux à propos de son envie de gagner de l’expérience et faire la différence, je recommande que vous postuliez pour faire du bénévolat avec SB OverSeas. Vous travaillerez sur le terrain avec des personnes qui sont réellement en besoin d’assistance, et SB est une petite organisation qui vous permettra d’avoir un réel impact dans les opérations du quotidien. Selon moi, cela vous permet aussi d’utiliser et de renforcer vos compétences.

Sandon est actuellement bénévole au Liban. Envie de faire du bénévolat avec nous ? Cliquez ici pour en découvrir plus.

SIGN-UP FOR OUR NEWSLETTER

Join our mailing list